Si le taux de mortalité des usagers de la route a diminué de 11,3% en septembre selon les chiffres de la Sécurité Routière (275 personnes mortes sur les routes le mois dernier, contre 310 en septembre 2019), les cyclistes quant à eux ne sont pas dans le même cas. C’est même le contraire, car avec un total de 37 morts au mois de septembre (15 de plus que l’année passée), c’est un taux record qui a été observé lors des dix dernières années.

Quelles sont les raisons d’un tel phénomène ?

Après le confinement la pratique du vélo a explosé en France, provoquant également une hausse du nombre d’accidents. En effet, suite à la pandémie de Covid-19, un bon nombre de personnes ont abandonnés les transports en commun pour se procurer un vélo ou un EDP motorisé (engin de déplacement personnel : trottinette, gyropode…). Il est encore cependant difficile d’établir un lien entre la hausse des accidents mortels et la hausse du nombre de cyclistes.

Le manque d’aménagements destinés aux cyclistes est fortement contesté : Joseph D'Halluin, secrétaire général de la FUB, (Fédération française des usagers de la bicyclette), affirme que « Le problème avec les aménagements qu’on fait en France aujourd’hui, c’est qu’ils ne sont pas nécessairement séparés du trafic automobile et surtout, ils ne sont pas continus. Il faut vraiment passer un braquet, il faut un réseau maillé ». Les cyclistes l'ont eux-mêmes constaté et se plaignent notamment des phases d'engorgement lors des heures de pointe, tout en déplorant le manque d'infrastructures. Ces derniers demandent également que les poids lourds et bus puissent être équipés de systèmes de détection. En effet, ces grands gabarits ont des angles morts, ainsi si le cycliste s’y trouve, le conducteur n’a aucune chance de le repérer.

De même, la FUB incite à une meilleure éducation à l’usage du vélo. Pour les adultes, une séance gratuite (ou peu facturée) est proposée aux cyclistes dans les vélo-écoles agréées.

Cependant, malgré ce que l’on pourrait penser et contre toute attente, la majorité des accidents mortels impliquant des cyclistes ont lieu hors agglomération. Dans son bilan de l’année 2019, la Sécurité Routière déclarait que « la gravité hors agglomération est six fois plus élevée que celle en agglomération », pour les cyclistes.

De plus, un cycliste a trois fois plus de risque d’être victime d’un accident qu’un automobiliste et 16 fois plus de risques d’être gravement blessé.

Quelles solutions mettre en œuvre pour empêcher ce phénomène ?

Pour Catherine Pilon, secrétaire générale du club des villes et territoires, il est nécessaire d’augmenter les pistes cyclables pour protéger au mieux ses usagers et les maintenir à l’abri des accidents. Mais avant tout, il est indispensable de se munir de protections efficaces lorsqu’on se déplace à vélo. Drivecase vous propose une large gamme de produits adaptés aux adeptes des deux-roues : des accessoires de haute visibilité tels que des éclairages à leds, des réflecteurs de rayons, des gilets et des sacs à dos réfléchissants… le tout personnalisable aux couleurs de votre entreprise ! Nous vous proposons également des casques à ledscasques airbag et gilets airbag, protections infaillibles en cas de chocs !

Grâce à Drivecase, profitez de vos trajets à vélo en toute sécurité 

Read more
Posted in Actualités By

Face à l'épidémie de la Covid-19, les masques sont obligatoires en entreprise depuis le 1er septembre 2020. Cette mesure est valable dans tous les espaces clos partagés : open space, salles de réunion, couloirs, coins cuisine et café. Autrement dit, seuls les bureaux individuels ou les terrasses ouvertes sont exemptés. Cependant, pour beaucoup de Français le port du masque est synonyme d’inconfort, et se voit parfois difficile à supporter : boutons, rougeurs, problèmes de respiration... Voici nos conseils pour vivre au mieux cette mesure sur votre lieu de travail.

S’hydrater au maximum lorsque l'on porte un masque

Première étape indispensable : l’hydratation ! En effet, le port du masque nous incite inconsciemment à boire beaucoup moins, ce qui a tendance à nous rendre la bouche sèche bien plus vite qu’auparavant. C’est donc pour ça qu’il est nécessaire de s’équiper constamment d’une bouteille d’eau pour boire davantage et plus régulièrement, sans hésiter à se rafraîchir le visage en cas de sensation d’inconfort liée à la chaleur, avec un brumisateur d’eau thermale par exemple. Attention à bien veiller à se sécher le visage avant de remettre son masque, auquel cas il perdrait de son efficacité.

Prendre soin de sa peau avec un masque

Pour supporter son masque au mieux tout au long de la journée, il est indispensable de chouchouter sa peau en limitant le maquillage et en l’hydratant suffisamment avec des crèmes sans parfum et hypoallergéniques ou encore miser sur une crème cicatrisante en cas de sécheresse intense en fin de journée. Attention cependant à ne pas appliquer une crème trop grasse plusieurs fois par jour, qui provoquerait un excès de sébum et se révèlerait contre-productif. Pour les hommes, une barbe plus courte permettra également un confort supplémentaire.

Opter pour un masque de protection adapté

Place à l’étape indispensable pour un confort longue durée : choisir un masque dans lequel on se sent bien. Il reste indéniable qu’à l’échelle d’une journée entière, c’est le masque chirurgical qui dispose de la meilleure respirabilité. La sensation d’étouffement que certains peuvent ressentir est bien moins présente avec ces masques plus professionnels, créés pour un usage médical qui va parfois jusqu’à des journées entières pour le personnel de santé. De plus, ils restent les plus efficaces au niveau de la filtration, et sont donc clairement à privilégier. Si ce n’est toutefois pas possible pour diverses raisons, les masques en tissu contenant du coton sont ceux qui allie le mieux efficacité et confort. A noter que si la sensation d’inconfort s’avère trop intense, il ne faut pas hésiter à se mettre dans un endroit isolé pour enlever son masque et prendre une pause. N’oubliez pas de vous laver minutieusement les mains avant et après la manipulation du masque avec du savon et de l’eau ou du gel hydroalcoolique.

Autre conseil : munissez-vous de plusieurs masques pour la journée. Dans un premier temps car il est indispensable de changer de masques plusieurs fois par jour (le port d’un même masque ne doit pas dépasser 4 heures), mais aussi pour une question de confort : le simple fait de changer de masque provoquera une sensation de fraîcheur. Pour ceux qui supportent mal les élastiques derrière les oreilles, il est intéressant de porter le matin un masque chirurgical et un masque doté de ficelles à nouer derrière la tête pour l’après-midi.  

Porter un masque avec des lunettes

N’oublions pas les porteurs de lunettes, qui font partie des individus les plus incommodés par cette mesure. Pour éviter la buée sur les lunettes, bien plaquer la barrette en métal de son masque sur l’arête du nez et poser ses lunettes dessus représente une solution efficace. Si cependant ce n’est pas le cas pour vous, il peut s’avérer utile de laver ses lunettes avec un savon ou un liquide vaisselle, ce qui empêche l’humidité d’adhérer à la surface des verres.

Choisir un masque qui vous plaît

Finalement, nous voilà obligés de porter le masque toute la journée, voyons donc le côté positif : il représente un accessoire de plus à assortir à notre tenue ! Pour cela, nous vous proposons un large choix de masques personnalisables et de différentes couleurs, qui vous donnerait presque l’envie de porter le masque…

 

Enfin, pour lutter efficacement face à cette épidémie n’hésitez plus, munissez-vous de nos kits de protection antivirus à emporter partout afin d’être protégé en toutes circonstances !

Read more
Posted in Actualités By

Rentrée 2020 : Port du masque obligatoire en entreprise ?

Depuis quelques semaines, de nouveaux cas de citoyens souffrant de la covid-19 apparaissent sur le territoire français. Le dimanche 16 août, plus de 300 nouveaux cas ont fait leur apparition en 24 heures. Le nombre de personnes admises dans les services hospitaliers de réanimation a lui aussi augmenté. Face à cette recrudescence de l’épidémie, le Gouvernement annonce petit à petit des mesures visant à freiner celle-ci. Ces mesures sont déjà prises par certaines régions imposant le port du masque dans les rues. A l’approche du retour en entreprise de nombreux salariés, comment anticiper les besoins de chacun en matériels de protection contre la covid ?

Le port du masque obligatoire en entreprise ?

En juillet dernier, Agnès Pannier-Runacher, Secrétaire d’Etat à l’Economie avait notamment annoncé aux entreprises qu’il serait demandé à celles-ci de prévoir pour la rentrée 2020, un stock de 10 semaines de masques pour leurs salariés. Outre cette mesure, se pose la question de la gestion de la crise sanitaire en entreprise, face à un retour des salariés après les vacances. En effet, beaucoup de français ne pouvant partir en vacances à l’étranger ont préféré en profiter pour voyager au sein du territoire français. Mais ces déplacements représentent un risque au vu de l’apparition de nouveaux clusters durant l’été, notamment dans les zones de circulation active du virus (comme Paris ou dans les Bouches-du-Rhône). Bien que certaines régions ou villes touristiques aient rendu le port du masque obligatoire dans leurs rues (comme Marseille), le risque reste présent. Afin d’assurer au maximum un retour en entreprise sécurisé, Elisabeth Borne, Ministre du Travail a notamment annoncé lors de son entretien avec le Journal du dimanche, que le port du masque obligatoire en entreprise ferait partie des propositions faites aux partenaires sociaux. Pour le moment, le port du masque en entreprise n’est obligatoire que lorsque la distanciation physique d’un mètre entre chaque salarié ne peut être respectée. Le Gouvernement a également publié en ligne des fiches-conseils adaptées à divers cœurs de métier, sur les mesures à prendre face au covid. Mardi 18 août, les Ministres du Travail et de la Santé se sont concertés pour traiter de la question du port du masque obligatoire en entreprise, il a ainsi été acté que le masque serait bien obligatoire sauf dans les bureaux indiviuels. Le masque devient un équipement de protection individuel à la charge de l'employeur, et non à celle du salarié.

Le nombre de clusters s’accroît en entreprise

Le 6 août dernier, Santé publique France a publié un bulletin épidémiologique indiquant que 20% des clusters se sont créés au sein d’entreprises privées. Ces derniers ayant augmenté de 49% au 13 août. Une augmentation qui continuera probablement en septembre avec le retour des salariés en entreprise. C’est notamment pour cela que le corps médical encourage fortement le fait de rendre obligatoire le port du masque dans les entreprises privées.

Nos conseils aux professionnels pour anticiper la rentrée 2020

- Comme l’a indiqué le Gouvernement, lorsque cela est possible, il faut continuer à encourager et maintenir le télétravail.

- Sensibiliser, une nouvelle fois si cela a déjà été fait, vos salariés aux gestes barrières et au port du masque. Il est essentiel de rappeler que le virus circule toujours et que les mesures de prévention et de protection sanitaires sont toujours à prendre en compte et à appliquer.

- Fournir des masques de protection à vos salariés. Conformément à la demande faite par le Gouvernement auprès des entreprises, un stock de 10 semaines de masques à prévoir. Drivecase propose notamment divers masques réutilisables conformes aux recommandations faites par l’AFNOR, ou des masques jetables FFP1, FFP2 ou chirurgicaux type I, type II ou type 2R.

- Aménagez vos locaux pour limiter les zones de rencontre ou celles où les salariés peuvent se croiser sans avoir la possibilité de conserver une distance de 1 mètre. Lorsque cela n’est pas possible, vous pouvez vous aider de matériels de protection comme les protections en plexiglas ou les séparateurs de poste de travail.

- Eau et savon, ou distributeurs de gel hydroalcoolique, il est essentiel que chaque salarié puisse à tout moment de la journée se laver et se désinfecter les mains.

- Ajoutez des notes d’informations et des affichages dans vos locaux. Au même titre qu’à l’entrée des lieux publics clos désormais, n’hésitez pas à ajouter un rappel visuel sur les consignes à respecter dans vos bureaux, tels que des affiches « Port du masque obligatoire ».

Read more
Posted in Actualités By

Fortes chaleurs : comment mieux supporter le port du masque cet été ?

Cet été, et pour la première fois, les Français devront porter un masque durant leurs déplacements, notamment dans les lieux publics clos, comme exigé par le Gouvernement. Cependant, en période de fortes chaleurs, beaucoup craignent une gêne respiratoire provoquée par le port du masque. Drivecase vous livre quelques astuces pour plus de confort cet été !

Bien choisir son masque pour cet été

Crème solaire, chapeau, casquette, lunettes de soleil… à ces accessoires auxquels nous sommes habitués devra s’ajouter le masque de protection, devenu indispensable lors de vos déplacements. A usage unique, réutilisable, de couleur ou à motifs, de nombreux masques ont fait leur apparition sur le marché depuis le début de l’épidémie liée à la covid-19. Pour faire le bon choix de masque pour cet été, privilégiez tout d’abord un masque adapté à la morphologie de votre visage, pas trop serré, trop petit ou trop grand, et réglable au niveau du nez grâce à une barrette nasale. Comme tout type de vêtement, ou accessoire à porter sur soi, le masque est plus confortable lorsqu’il est adapté au visage de celui ou celle qui le porte. Privilégiez également un masque d’une couleur n’attirant pas la chaleur, comme pour les vêtements. Préférez donc un masque blanc, bleu clair aux masques noirs, attirants les rayons du soleil. Plus légers, les masques à usage unique peuvent s’avérer plus agréables à porter. Découvrez sur notre site un large choix de masques à usage unique, FFP1, FFP2, type II ou type 2R aux couleurs claires. Pour ceux préférant les masques réutilisables, privilégiez des matières légères comme le coton, plutôt que le polyester. Drivecase propose notamment des masques conformes aux recommandations faites par l’AFNOR, et 100% coton.

Adapter sa respiration au port du masque

Pour réduire la sensation de chaleur lorsque vous portez un masque, sachez que la façon dont vous respirez a son importance. En effet, bien que le masque doive couvrir le nez, la bouche et le menton, il est préférable de respirer par le nez, plutôt que par la bouche. En effet respirer par la bouche émet davantage de chaleur et d’humidité conservés dans le masque, que par le nez. Pour rappel, le masque porté sous le nez n’est pas efficace et ne protège pas.

De plus, il n’est pas recommandé de porter de masque lors d’efforts physiques ou d’activités sportives, donc pensez à vous ménager !

N’oubliez pas de changer de masque

Pour rappel, la plupart des masques peuvent être portés de façon continue durant 4 heures. Après quoi il faudra jeter celui-ci dans une poubelle fermée s’il s’agit d’un masque à usage unique, ou le laver s’il s’agit d’un masque réutilisable. Cependant, une importante humidité peut réduire l’efficacité de protection du masque. En été, cette humidité peut être due à la transpiration, c’est pourquoi il faut penser à changer de masque dès que vous sentez que celui-ci est trop humide. Pour limiter cette transpiration, pensez à bien vous rafraichir et vous à laver le visage avant de porter le masque, à boire de l’eau régulièrement et à éviter les produits ou cosmétiques couvrant les pores de la peau comme les crèmes ou le maquillage (fond de teint).

Enfin, continuez à pratiquer les gestes barrières, respectez la distanciation sociale de 1 mètre minimum entre chaque individu, et privilégiez les espaces ombragés. Sans oublier la crème solaire, pour profiter d’un été en toute sécurité !

Read more
Posted in Actualités By

Depuis le 11 mai dernier se pose la question des moyens de transport à utiliser pour se rendre à son travail ou pour tout autre déplacement du quotidien, et éviter au maximum l’exposition aux bactéries liées au Covid-19. Alors que de nombreuses villes en France et dans le monde adaptent leurs transports en commun (distances de sécurité, affichages, limitation du nombre de voyageurs), d’autres privilégient le vélo, qui semble être la meilleure alternative…

Le vélo, un moyen de transport de plus en plus populaire.

De nombreuses villes comme Barcelone, Londres, Bruxelles ou Paris ont préparé la sortie du confinement en aménageant, non seulement leurs lieux publics, mais aussi leurs voies publiques ! En effet, grâce à des pistes cyclables temporaires ou trottoirs élargis, beaucoup de municipalités invitent leurs citoyens à préférer, au possible, les déplacements à vélo, plutôt que ceux en voiture ou en transport en commun. Outre une volonté des villes, de nombreux citoyens privilégient d’eux-mêmes le vélo pour des déplacements plus écologiques, mais également pour pouvoir profiter de sorties en extérieur dont beaucoup ont été privés durant la période de confinement.

Attention cependant à l’utilisation massive de la voiture !

En effet, de nombreux pays comme la Chine notamment, observent une augmentation massive des embouteillages, les habitants fuyant les transports en commun par peur d’éventuelles contaminations. Cette augmentation des déplacements en automobile est notamment néfaste pour l’environnement, avec un accroissement de la pollution. De plus, les déplacements en voiture ne protègent pas forcément plus des virus : avec des allées et venues tout au long de la journée, une personne asymptomatique peut rapidement ramener des bactéries dans son véhicule, lesquels stagneront à l’intérieur (voir nos conseils pour bien désinfecter son véhicule). Ainsi, pour éviter un effet de masse bloquant les rues de nos villes, nombres de préfectures et de mairies encouragent les déplacements en deux-roues.

Des mesures d’urbanisme tactiques pour faciliter et encourager les déplacements à vélo

Nouvelles pistes cyclables ou rallongement de ces dernières, grands boulevards interdits aux voitures… les décisions sont variées et semblent porter leurs fruits. Des fabricants de vélos observent une augmentation de +40% de leurs ventes. En France, une aide de 50€ a été mise en place par l’Etat pour inviter les Français à se déplacer à vélo. Main d’œuvre et équipements peuvent ainsi être pris en charge par les réparateurs agréés dans les différentes villes (liste disponible ici : https://www.coupdepoucevelo.fr/auth/home), l’occasion de redonner une nouvelle jeunesse à sa bicyclette.

Ecologique, bon pour la santé : de nombreuses villes semblent déjà repenser leur aménagement urbain de façon continue pour laisser la place aux vélos.

Retrouvez, notamment pour les entreprises souhaitant équiper leurs salariés, ou pour les mairies et collectivités souhaitant équiper chaque citoyen, notre large gamme d’accessoires de prévention routière pour les cyclistes.

Read more
Posted in Actualités By
Showing 1 to 5 of 58 (1 Pages)

Suivez-nous !