Être rappelé

Semaine européennes de la mobilité

lundi, septembre 16, 2019

Depuis 2002 les villes européennes sont appelées à participer à la semaine européenne de la mobilité, un projet mis en place par la Commission Européenne à destination de l’ensemble des collectivités. Ce projet vise notamment à encourager ces dernières à promouvoir et mettre en place des solutions visant à limiter l’utilisation de voitures individuelles, mais plutôt de privilégier des transports en communs ou éco-responsables comme le vélo ou la trottinette.

Qui peut participer ?

Les villes européennes, évidemment sont appelées à participer à cette semaine, mais pour cela celles-ci peuvent s’associer à des associations, collectifs ou entreprises.

Quels sont les projets mis en place ?

Les projets peuvent être multiples, et peuvent être sur la durée. En effet chaque ville communique ses objectifs en terme de projet de déplacements durables. La semaine européenne de la mobilité répertorie les projets en 3 catégories : ceux organisés sur une semaine, les mesures permanentes et les “car free day” visant à interdire totalement la circulation en voiture dans certaines rues durant toute une journée.

Chaque année ce sont deux villes qui sont récompensées : l’une pour la catégorie des grandes villes, l’autre dans la catégorie des petites villes.

L’an passé Lisbonne était le lauréat pour les grandes villes, avec l’organisation de sorties gratuites dans des musées à vélos, la création de 31 nouvelles stations et 800 aires de stationnement pour vélos.

La France n’a pas gagné de prix depuis 2004, où ce fût la ville de Nantes qui fût récompensée.

L’objectif de cette semaine autour du thème “Safe walking and cycling” est d’encourager dans la durée la déplacements à vélo et à pieds. La mise en place d'infrastructures et la distribution d’accessoires encourageant ces modes de déplacements éco-responsables sont donc essentiels.

Drivecase propose notamment des accessoires visant à promouvoir les déplacements à vélo et à pieds en restant visibles des autres usagers. Ainsi que des supports imprimés permettant aux entreprises et aux collectivités de communiquer autour d’elles sur les enjeux des transports durables.

Pour le moment 48 pays et 2848 villes sont en compétitions cette année dont 47 en France.

Source :

http://www.mobilityweek.eu/

Read more
Posted in Actualités By

Protéger les enfants en voiture

lundi, septembre 2, 2019

Les enfants sont malheureusement très touchés par les dangers de la route. 


Pour enseigner aux enfants les enjeux de la sécurité routière de manière pédagogique et dès le plus jeune âge, de nombreux jeux existent pour que l’apprentissage soit à la fois formateur et en même temps ludique. Les enfants s’instruisent quant aux dangers de la route et réfléchissent à la bonne conduite à adopter. L’Univers Théo et la prévention est adapté aux plus jeunes sous divers supports. 


La Sécurité Routière relève en l'occurrence des chiffres effrayants “En 2016, 17 % de l’ensemble des accidents corporels ont impliqué un enfant ou un adolescent. Au total, 204 ont été tués : 111 étaient passagers, 52 conduisaient un véhicule et 41 étaient piétons.”

C’est pourquoi il nous paraît important de procéder à une sensibilisation du bon comportement à adopter sur le trottoir, sur la route, en vélo etc.

Les accessoires comme les brassards et vêtements réfléchissants sont des moyens d’augmenter sa visibilité et ainsi limiter les accidents en prévenant les conducteurs. 

Le Code de la Route 


Les enfants de moins de 10 ans doivent être attachés dans un dispositif qui est adapté à leur morphologie. La taille, l’âge et le poids rentrent en compte dans les critères du dispositif adapté. Le dispositif doit être conforme aux normes européennes, que vous reconnaîtrez par une lettre E entourée d’un cercle. 


Une question revient assez fréquemment car il y a confusion : un enfant peut s’assoir à l’avant de la voiture à partir de ses 10 ans OU lorsqu’il mesure 1,40 m au minimum ? 

Et bien c’est une question d’âge et non de taille ! La réglementation dit qu’avant cet âge, il est interdit de faire monter un enfant à l’avant de la voiture, quand bien même il mesurerait plus d’1,40 mètres. 

Cependant, la Sécurité Routière recommande aux parents de ne pas faire monter leur enfant précipitamment le jour de ses 10 ans car il sera toujours plus protégé à l’arrière en cas de choc plutôt qu’à l’avant. 



Le siège auto, plus important que ce que l’on peut penser, comment choisir ? 



Les chiffres alarmants de la sécurité Routière démontrent bien que l’absence du siège auto et du port de la ceinture de sécurité ont eu de graves conséquences pour les enfants. En effet, on compte un quart des enfants âgés de moins de 10 ans qui ont été victimes d’accidents mortels sur la route, n’étant pas attachés. 


On catégorise les sièges auto selon 3 groupes : 

  • Groupe 0 et 0+ : de 0 à 13 kg et mesurant 80 cm : siège coque dos à la route 

  • Groupe 1 : de 9 à 18 kg et mesurant 1 m : siège baquet face à la route 

  • Groupe 2 et 3 : de 15 à 36 kg et mesurant 1,35 m : siège avec dossier


Drivecase vous propose un siège auto réhausseur gonflable, pour qu’il s’adapte à toute morphologie. Ce siège auto est conforme aux normes européennes et mondiales.


Il est important de bien choisir son siège réhausseur pour qu’il soit adapté à la morphologie de l’enfant. Si le réhausseur est trop petit par exemple, la ceinture sera positionnée au niveau du cou de l’enfant, ce qui le mettrait en réel danger en cas de choc ou de freinage brutal. 


Finalement, il faut toujours vérifier que son enfant est bien attaché en voiture et dispose d’un siège auto adéquat ! 


Sources : 


Read more
Posted in Actualités By

Panne ou crevaison, les actions à effectuer 


En cas de crevaison ou de panne, il y a plusieurs étapes à effectuer, dans un ordre bien précis :


  1. Allumez immédiatement les feux de détresse afin de prévenir les autres usagers de la route de votre arrêt.


  1. Puis, arrêtez-vous sur la bande d’arrêt d’urgence, le plus proche possible de la glissière de sécurité.


  1. Munissez-vous de votre gilet rétroréfléchissant, il est toujours conseillé que les passagers en porte également.


  1. Tous les passagers de la voiture doivent sortir du véhicule par les portières droites et ensuite se placer de l’autre côté de la glissière de sécurité. Il faut que les passagers s'éloignent le plus loin possible de la route.


  1. Si vous avez besoin de faire appel aux urgences mais que vous ne disposez pas de moyen de communication, marchez jusqu’à la prochaine borne d’urgence, où vous pourrez appeler les secours. Les bornes d’urgence sont présentent tous les deux kilomètres. Si vous vous trouvez dans un tunnel, sur une voie rapide, périphérique ou autoroute, vous devez directement appeler les urgences. 


  1. Dans le cas où vous tombez en panne sur une autoroute, vous êtes obligés de recourir à un dépanneur agréé. Pour ce faire, rendez-vous à la borne d’urgence, un dépanneur vous sera envoyé par un service de sécurité. Si votre véhicule peut être réparé en moins de 30 minutes, le dépanneur le fera sur place; dans le cas contraire, il remarquera votre véhicule jusqu’à une aire de repos ou un garage. 




Vérifier le voyant d’essence, une habitude à adopter


Pour anticiper vos trajets et éviter la panne d’essence, vérifiez régulièrement votre voyant d’essence, sur le cadran de votre voiture. Lorsque celui-ci clignote ou devient orange, il vous reste généralement assez d’essence pour parcourir entre une trentaine et une cinquantaine de kilomètres. Si c’est le cas, faites le plein d’essence et réduisez votre vitesse jusqu’à atteindre la première station essence afin de consommer un minimum de carburant. 


Comment agir lors d’un arrêt d’urgence


En cas d'arrêt d’urgence, il faut que vous placiez le triangle de présignalisation qui se trouve dans votre voiture à une distance de 30 mètres de votre véhicule ou de l’obstacle. 


Important à savoir ! Si vous tombez en panne alors que vous vous situez sur la voie de gauche, n’essayez pas de traverser les voies pour vous garer à droite. Les passagers et vous-même devez sortir par les portières gauches avec vos gilets de sécurité réfléchissants et attendre les secours après les avoir appeler. 


Dans le cas où les circonstances ne permettent pas que vous vous arrêtiez sur une bande d’arrêt d’urgence ou un emplacement qui n’empiète pas sur la chaussée, vous n’êtes pas obligés de placer le triangle. En effet, l’arrêté d’application R. 416-19 du Code de la route dit que “l’obligation de mise en place du triangle ne s’applique pas lorsque cette action constitue une mise en danger manifeste de la vie du conducteur”. 


Sachez que votre triangle doit être homologué, différents tests doivent démontrer son homologation, il doit répondre aux 3 critères suivants :

  • Résistance mécanique,

  • Résistance à l’eau, aux carburants et aux intempéries,

  • Stabilité au vent 

Drivecase vous propose des kit personnalisables qui contiennent des triangles de présignalisation et des gilets, pour anticiper tout imprévu sur la route. Vous pouvez aussi choisir d’acheter votre triangle et vos gilets réfléchissants séparément. 





Sources :

Read more
Posted in Actualités By

Les voitures autonomes, ou “robots-taxis” donnent de l’espoir


Les véhicules autonomes nous promettent des miracles comme une réduction de la mortalité routière et des coûts de déplacements, un accroissement de la mobilité pour les personnes en situation de handicap, etc. 

Cependant nombreux aspects risquent de poser bien des problèmes : suppression d’emplois, les responsables d’un accident, les assurances, les coûts budgétaires, …


Actuellement, 400 personnes font parties du programme de Waymo, une filiale d’Alphabet, la maison mère de Google. Waymot est en fait la version commerciale de la Google car. Une voiture autonome a été créée : Chrysler Pacifica. Liisa Walimaa, membre du programme, raconte son expérience avec les véhicules Waymo et explique qu’ils prennent des itinéraires intéressants mais il faut quand même intervenir en moyenne 2 trajets sur 10. 


Afin de favoriser l’accès aux véhicules autonomes, Waymo ne cesse de multiplier ses partenariats avec les entreprises : Renault-Nissan, Fiat-Chrysler, Jaguar Land Rover, Walmart, et d’autres encore. 


La Google car, c’est pour bientôt ou pour jamais ? 


Le cofondateur de Google avait annoncé en 2012 que les voitures autonomes seraient sur le marché avant une dizaine d’année. Si le projet est aussi lent à mettre en place, c’est parce qu’il pose beaucoup de problèmes concernant la sécurité, la confiance et la responsabilité. 

Il faut savoir qu’en mars 2017, une femme à vélo a été tuée par une voiture-taxi Uber ; la conductrice était en train de regarder un épisode de The Voice lorsque la voiture a percuté la femme. La voiture ne l’aurait pas alertée du danger pour qu’elle reprenne le contrôle. Depuis cet événement tragique, Uber a suspendu l’expérience. Lors d’un accident, il sera également compliqué de déterminer le responsable entre un conducteur de voiture thermique normale et un conducteur de voiture autonome. 


Aux États-Unis, on estime que 94% des accidents graves de la route sont la cause d’une erreur humaine ; les voitures autonomes pourraient donc réduire considérablement le nombre d’accidents. D’autres disent que les voitures autonomes ne sont pas aussi fiables que les humains et qu'elles font des choses inexplicables et imprévisibles. 



Sources : 

Read more
Posted in Actualités By

Avec l’accroissement de l’urbanisation, les déplacements deviennent de plus en plus compliqués, le trafic est dense et les accidents le sont tout autant, voire plus nombreux.


Aujourd’hui, l’idée est de trouver une alternative à l’automobile. Plusieurs solutions sont apparues ces dernières années, et commencent à devenir de plus en plus populaires, comme les vélos et trottinettes électriques, les gyropodes (véhicules électriques monoplaces), etc. On qualifie ces déplacements de “micromobilité”. 

Malgré le fait que ces nouveaux déplacements sont bénéfiques pour la fluidité de la circulation, ils ne sont pas moins dangereux pour autant. En 2018, on compte 1500 américains blessés en trottinettes électriques, selon une étude de Consumer Reports, un magazine de l’association des consommateurs américains. 


On le remarque bien, les routes ne sont pas encore aménagées pour que les usagers de trottinettes électriques soient en sécurité : les trottoirs ne sont pas adaptés et les voies automobiles trop dangereuses. 


D’ici à 2040, on verra les voitures autonomes s’installer de plus en plus, selon des estimations, il y en aurait 30 millions en 2040. Entièrement autonomes, les voitures communiqueraient entre elles et pourrait se doubler au centimètre près. Cette précision de conduite fait qu’une route à 3 voies pourrait ainsi en accueillir 4 ! Cette solution permettrait de rendre les routes plus fluides, étant donné que c’est un problème majeur dans certaines villes. A Londres, par exemple, la vitesse moyenne de circulation serait descendue jusqu’à 11 km/h.


En effet, certains véhicules autonomes sont déjà utilisés dans certains environnements, comme les navettes d'aéroport. L’environnement de l’aéroport est assez propice puisqu’il n’y a pas de circulation dense d’un terminal à l’autre.


Certains estiment que, d’ici à 2050, les trajets de transports en commun ne seront plus figés, les itinéraires des bus ne seront plus fixes mais personnalisés en fonction du trajet des passagers du bus.

Un autre point à souligner est que ces nouveaux moyens de transports comme la trottinette et le vélo électriques sont encore trop inhabituels pour être maîtrisés correctement par tous leurs usagers. Quant aux autres usagers de la route, comme les automobilistes, ils ne sont pas non plus encore habitués à ces nouveaux éléments perturbateurs auxquels il faut faire attention. On parle ainsi de formations qui viendront avec le temps, des règles établies et des espaces alloués spécifiques. 


En Chine, dans une ville qui s’appelle Xiamen, une piste cyclable surélevée de 8 km de long a déjà été mise en place. L’idée serait donc de créer des voies pour les deux-roues en hauteur, qui passent au-dessus des voies pour les voitures. Et ce n’est pas tout, le groupe BMW parle même de créer un réseau de tubes couverts surélevés, au-dessus des rues. 

Avec le développement des réseaux souterrains (métros, tramways, trains, etc.), les rues et les places seront de plus en plus piétonnes et le trafic sera de moins en moins dense. 

Pour la sécurité routière, ces changements seront plutôt bénéfiques et permettront aux usagers de la route de circuler plus sereinement.



Sources : 

Read more
Posted in Actualités By
Showing 1 to 5 of 37 (1 Pages)

Suivez-nous !