Le téléphone au volant

Le smartphone au volant, un fléau grandissant et un problème exponentiel 

L’utilisation du téléphone au volant est devenu un fléau de la sécurité routière et est responsable d’un accident corporel sur dix.


En 2019, ce sont 70% des français qui avouent utiliser leur portable au volant contre 22% il y a 15 ans. Avec l'évolution des technologies et notamment des smartphones, les chiffres ne cessent d’augmenter. En effet 46% des français téléphonent au volant.



Pascal Grégoire, président et directeur de création de l’agence La Chose (agence de communication de la Sécurité Routière), explique ceci : « Ce que l'on a voulu montrer, c'est que pour beaucoup de gens, saisir son téléphone pour répondre à un appel, lire ou écrire un texto, un post sur les réseaux sociaux, est un geste anodin, éphémère... mais que ce geste anodin peut avoir un impact mortel : il oblige à quitter la route [des yeux] au moins cinq secondes, soit une distance parcourue de 70 mètres en ville [à 50 km/h, NDLR] et multiplie par 23 les risques d'accident ».


Un travail à faire sur la prise de conscience


Sur ce graphique, on remarque que 18% des français placent sur une échelle de 1 à 14 le téléphone au volant comme le 11ème risque sur la route. Ils estiment qu’envoyer et/ou lire des textos est le 8ème risque sur 14.



Selon Emmanuel Barbe, Délégué Interministériel à la Sécurité Routière, le danger du téléphone au volant est bien mis en avant et pourtant les conducteurs continuent à l’utiliser. Les automobilistes regardent leur téléphone pendant une durée qui équivaut à 100 m, une distance d’inattention absolument effrayante.

On note d’ailleurs que l’usage du smartphone au volant multiplierait le risque d’accidents par 23. 


La concentration diminue fortement avec l’utilisation du téléphone portable au volant, qui se traduit par un réel manque d’attention pouvant entraîner un accident mortel. 


Selon une étude statistique réalisée en 2016, seulement 18% des français estiment que le téléphone au volant est le 1er ou 2ème risque.
Dans ce contexte, Drivecase propose du materiel pédagogique pour la prévention du smartphone au volant, des moyens efficaces pour sensibiliser les conducteurs.



Des radars détecteurs de téléphones au volant


Aujourd'hui, l’usage du téléphone sur la route est sanctionné par un retrait de 3 points sur le permis de conduire ainsi que 35€ d’amende.


En revanche, la réglementation s’est durcie puisque les gendarmes et policiers peuvent retirer le permis si le conducteur téléphone au volant et commet une seconde infraction, comme un oubli de clignotant par exemple. 



Aujourd’hui, les motards de la gendarmerie sont les plus efficaces pour détecter l’usage du téléphone au volant. L’infraction reste tout de même difficile à constater.

D’ici à 18 mois, des radars vont être mis en place pour détecter l’usage du téléphone au volant ainsi que le non-respect des distances de sécurité.


Le téléphone au volant, habitude ou addiction ? 


Aujourd’hui, le problème qui se pose est la perception des risques du smartphone au volant. Autrement dit, la plupart des conducteurs ne seraient pas convaincus de la dangerosité de l’utilisation du téléphone au volant. C’est pourquoi, l’utilisation du smartphone au volant ne diminue pas et les accidents sur la route augmentent.


De nos jours, les automobilistes sont de plus en plus attentifs aux excès de vitesse et à l’emprise d’alcool au volant tandis qu’ils ne peuvent plus se passer de leur téléphone. 

Le téléphone n’étant plus un simple outil de communication mais un outil véritablement multifonctionnel (mails, textos, réseaux sociaux, etc.), les conducteurs sont davantages sollicités par de multiples notifications. 


“L’hyperconnexion est un mal qui tue” estime Eric Lemaire, le président d’Axa Prévention


Les professionnels et le téléphone au volant, une sollicitation permanente



Les salariés sont très dépendants de leur téléphone au volant. En effet, huits salariés sur dix l’utilisent dont 52% qui téléphonent et 32% qui lisent et/ou répondent aux textos. C’est ainsi que la loi travail oblige les entreprises de plus de 50 salariés à mettre en place des solutions visant à garantir le droit à la déconnexion du téléphone.



Plus d’un millier d’entreprises ont signé l’appel national des employeurs pour la sécurité routière. Chacune d’entre elles a ses propres moyens de préventions. Les employeurs se sont engagés à limiter voire interdire les conversations téléphoniques au volant, ce qui est une grande avancée. 


En l'occurrence, Drivecase propose plusieurs accessoires visant à sensibiliser les conducteurs aux risques liés à l’usage du smartphone au volant : flyer, totem, étui de téléphone, pack de prévention smartphone et fatigue avec lunette connectée et également les lunettes de simulation téléphone et fatigue au volant.
















Sources :