L’évolution des déplacements : qu’en sera-t-il en 2050 ?

Avec l’accroissement de l’urbanisation, les déplacements deviennent de plus en plus compliqués, le trafic est dense et les accidents le sont tout autant, voire plus nombreux.


Aujourd’hui, l’idée est de trouver une alternative à l’automobile. Plusieurs solutions sont apparues ces dernières années, et commencent à devenir de plus en plus populaires, comme les vélos et trottinettes électriques, les gyropodes (véhicules électriques monoplaces), etc. On qualifie ces déplacements de “micromobilité”. 

Malgré le fait que ces nouveaux déplacements sont bénéfiques pour la fluidité de la circulation, ils ne sont pas moins dangereux pour autant. En 2018, on compte 1500 américains blessés en trottinettes électriques, selon une étude de Consumer Reports, un magazine de l’association des consommateurs américains. 


On le remarque bien, les routes ne sont pas encore aménagées pour que les usagers de trottinettes électriques soient en sécurité : les trottoirs ne sont pas adaptés et les voies automobiles trop dangereuses. 


D’ici à 2040, on verra les voitures autonomes s’installer de plus en plus, selon des estimations, il y en aurait 30 millions en 2040. Entièrement autonomes, les voitures communiqueraient entre elles et pourrait se doubler au centimètre près. Cette précision de conduite fait qu’une route à 3 voies pourrait ainsi en accueillir 4 ! Cette solution permettrait de rendre les routes plus fluides, étant donné que c’est un problème majeur dans certaines villes. A Londres, par exemple, la vitesse moyenne de circulation serait descendue jusqu’à 11 km/h.


En effet, certains véhicules autonomes sont déjà utilisés dans certains environnements, comme les navettes d'aéroport. L’environnement de l’aéroport est assez propice puisqu’il n’y a pas de circulation dense d’un terminal à l’autre.


Certains estiment que, d’ici à 2050, les trajets de transports en commun ne seront plus figés, les itinéraires des bus ne seront plus fixes mais personnalisés en fonction du trajet des passagers du bus.

Un autre point à souligner est que ces nouveaux moyens de transports comme la trottinette et le vélo électriques sont encore trop inhabituels pour être maîtrisés correctement par tous leurs usagers. Quant aux autres usagers de la route, comme les automobilistes, ils ne sont pas non plus encore habitués à ces nouveaux éléments perturbateurs auxquels il faut faire attention. On parle ainsi de formations qui viendront avec le temps, des règles établies et des espaces alloués spécifiques. 


En Chine, dans une ville qui s’appelle Xiamen, une piste cyclable surélevée de 8 km de long a déjà été mise en place. L’idée serait donc de créer des voies pour les deux-roues en hauteur, qui passent au-dessus des voies pour les voitures. Et ce n’est pas tout, le groupe BMW parle même de créer un réseau de tubes couverts surélevés, au-dessus des rues. 

Avec le développement des réseaux souterrains (métros, tramways, trains, etc.), les rues et les places seront de plus en plus piétonnes et le trafic sera de moins en moins dense. 

Pour la sécurité routière, ces changements seront plutôt bénéfiques et permettront aux usagers de la route de circuler plus sereinement.



Sources :