Les recommandations du CNSR

Le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, s’est exprimé le mardi 9 juillet 2019 auprès du conseil national de la Sécurité Routière.

Le Conseil National de la Sécurité Routière (CNSR) propose 8 recommandations au Gouvernement pour une route plus sûre :


  • Une signalisation spécifique pour la circulation à contresens sur les routes à chaussées séparées


Le CNSR rappelle que les routes à contresens à chaussées séparées provoquent 25 morts par an. C’est pourquoi le CNSR lutte contre ce système de circulation et propose une signalisation plus marquante pour prévenir du danger. Ainsi, il s’agirait d’installer des panneaux sur fond jaune comme pour ceux des travaux, un marquage horizontal et bien d’autres mesures encore comme des messages de prévention sur les panneaux à messages variables.


  • Des mesures de sécurité plus efficaces pour les déplacements doux


L’idée est de procéder à un “observatoire des modes de déplacement doux” dans le but d’évaluer les nouvelles causes d’insécurité routière. Les déplacements doux concernent en l’occurrence les piétons, vélos, trottinette, etc. Les agglomérations et milieux urbains aménagent de plus en plus leurs espaces pour privilégier les déplacements doux. Étant donné que ces usagers sont les plus vulnérables, il faut analyser et quantifier les données, mesurer l’ampleur des déplacements et les nouvelles vulnérabilités. Cette observation servira plus tard à mettre en place des mesures de sécurité adaptées. 


  • Favoriser l’accès à l’information des aides à la conduite


De nos jours, les véhicules sont pour la plupart équipés de dispositifs d’aide à la conduite (ADAS - Advanced Driving Assist System). Il s’agit de renseigner les utilisateurs du bon fonctionnement des dispositifs dont ils disposent (régulateur adaptatif de vitesse “Lane Departure Warning”, freinage d’urgence automatisé, système antiblocage des roues “ABS”, etc.). Le CNSR estime qu’il est important d’informer et d’éclairer les conducteurs pour qu’ils l’utilisent correctement. Cette proposition s’adresse aux constructeurs de ces dispositifs pour qu’ils financent et diffusent des tutoriels pédagogiques.


  • Évaluer la capacité de conduite des seniors pour préserver leur mobilité


Comment savoir si les seniors sont encore aptes à conduire leur véhicules ? 

Il faut savoir que les personnes âgées sont très exposées aux risques routiers. En 2016, 886 seniors ont été tués sur la route, soit 25% de la mortalité routière, alors qu’ils ne représentent que 19% de la population nationale. Ces chiffres montrent bien que des mesures doivent être mises en place, pour évaluer l’aptitude des seniors à conduire : repérer les situations à risque, auto-évaluations, bilans de compétences et remises à niveau des connaissances. 


  • Sensibilisation les nouveaux arrivants dans une entreprise


Les entreprises seront invitées à sensibiliser leurs nouveaux salariés aux risques routiers pour les trajets professionnels ainsi que personnels, notamment domicile/travail. Pour ce faire, les dirigeants de sociétés peuvent faire appel à des entreprises qui organisent des journées et des formations de sécurité routière. Une autre solution est d’offrir des accessoires de prévention routière personnalisables avec le logo de la marque de l’entreprise, des objets de pubs personnalisables ou des supports pédagogiques pour sensibiliser le nouveau personnel. L’idée est de prévenir plus efficacement les risques pour une route plus sûre, les risques routiers étant spécifiques à chaque entreprise en fonction de leur activité. 


  • Évaluer les risques des véhicules autonomes 


Les véhicules à délégation de conduite que l’on appelle communément “véhicules autonomes” sont de plus en plus nombreux. Jusqu’à aujourd’hui, peu d’études concrètes ont été faites sur les véhicules autonomes. Le CNSR suggère d’évaluer précisément les côtés technique et comportemental ainsi que la perception des usagers sur la route. Ce bilan devrait être publié annuellement. 


  • Protéger les cyclistes


Les cyclistes sont très exposés aux accidents de la route. Le CNSR suggère une amélioration de la protection des cyclistes adultes et seniors en les formant à un usage sécurisé du vélo. De plus, il propose également de sensibiliser les cyclistes aux autres usagers de la route et inversement pour un meilleur partage des espaces communs. Les pistes cyclables s'intensifient de plus en plus, et le CNSR souhaite les développer davantage, ce qui leur permettra de se déplacer plus en sécurité avec un meilleur partage de la route.


  • Le secourisme : un pré-requis pour passer le permis de conduire


Le CNSR évoque la mise en place de formation au secourisme. Cette formation s’organiserait en 2 parties : l’une théorique et l’autre pratique. La partie théorique se composerait de tutoriels pédagogiques sur internet. Quant à la partie pratique, 2h de formation seront dispensées par des professionnels, agréés pour l’enseignement du secourisme. Cette instruction serait une étape primordiale à valider afin de pouvoir passer l’épreuve du permis de conduire. 






Sources :