Les voitures autonomes, où en sommes-nous ?

Les voitures autonomes, ou “robots-taxis” donnent de l’espoir


Les véhicules autonomes nous promettent des miracles comme une réduction de la mortalité routière et des coûts de déplacements, un accroissement de la mobilité pour les personnes en situation de handicap, etc. 

Cependant nombreux aspects risquent de poser bien des problèmes : suppression d’emplois, les responsables d’un accident, les assurances, les coûts budgétaires, …


Actuellement, 400 personnes font parties du programme de Waymo, une filiale d’Alphabet, la maison mère de Google. Waymot est en fait la version commerciale de la Google car. Une voiture autonome a été créée : Chrysler Pacifica. Liisa Walimaa, membre du programme, raconte son expérience avec les véhicules Waymo et explique qu’ils prennent des itinéraires intéressants mais il faut quand même intervenir en moyenne 2 trajets sur 10. 


Afin de favoriser l’accès aux véhicules autonomes, Waymo ne cesse de multiplier ses partenariats avec les entreprises : Renault-Nissan, Fiat-Chrysler, Jaguar Land Rover, Walmart, et d’autres encore. 


La Google car, c’est pour bientôt ou pour jamais ? 


Le cofondateur de Google avait annoncé en 2012 que les voitures autonomes seraient sur le marché avant une dizaine d’année. Si le projet est aussi lent à mettre en place, c’est parce qu’il pose beaucoup de problèmes concernant la sécurité, la confiance et la responsabilité. 

Il faut savoir qu’en mars 2017, une femme à vélo a été tuée par une voiture-taxi Uber ; la conductrice était en train de regarder un épisode de The Voice lorsque la voiture a percuté la femme. La voiture ne l’aurait pas alertée du danger pour qu’elle reprenne le contrôle. Depuis cet événement tragique, Uber a suspendu l’expérience. Lors d’un accident, il sera également compliqué de déterminer le responsable entre un conducteur de voiture thermique normale et un conducteur de voiture autonome. 


Aux États-Unis, on estime que 94% des accidents graves de la route sont la cause d’une erreur humaine ; les voitures autonomes pourraient donc réduire considérablement le nombre d’accidents. D’autres disent que les voitures autonomes ne sont pas aussi fiables que les humains et qu'elles font des choses inexplicables et imprévisibles. 



Sources :