Faire de la prévention alcool chez les jeunes

Faire de la prévention alcool chez les jeunes

L’alcool est l’une des premières causes de mortalité chez les jeunes sur la route. Spécialisé dans la vente en ligne d’accessoires de prévention routière, Drivecase peut vous aiguiller facilement vers la bonne stratégie pour faire de la prévention alcool chez les jeunes : organiser des ateliers de prévention, échanger, communiquer auprès des étudiants (collège, lycée, enseignement supérieur).

Drivecase vous propose des accessoires de sensibilisation aux dangers de l’alcool au volant variés à offrir à vos étudiants, vos élèves, lors d’actions de sensibilisation ou lors d’évènements. Supports de communication, outils de dépistages, jeux pour tester les réflexes, lunettes de simulation… nous vous accompagnons pour trouver l’accessoire idéal selon vos cibles que vous soyez une assurance, un bureau d’étudiant, un collège, un lycée ou un centre de loisir !

Naviguer au sein de l'article

Prévention alcool chez les jeunes avec des ateliers ludiques

L’alcool et la prévention des conduites addictives sont des thèmes à aborder auprès des jeunes, pour prévenir les dangers que de telles pratiques peuvent engendrer, mais également pour éviter la naissance de dépendances. L’Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies (OFDT) a notamment publié une étude en 2019 sur les pratiques addictives chez les jeunes des établissements secondaires. 20 000 collégiens et lycéens, entre 11 et 18 ans, de la 6ème à la terminale, ont participé à cette étude, destinée à comprendre leurs modes de consommation. Les chiffres autour du rythme de consommation d’alcool chez les jeunes est alarmant : en effet, 8,2% des élèves de 6ème affirment avoir une consommation mensuelle d’alcool, 44% affirment déjà l’avoir expérimentée. Dès la seconde, 10,9% disent avoir une consommation régulière et 24,4% pour les terminales.

prévention alcool chez les jeunes 2

Les actions de prévention alcool fonctionnent !

Cependant, les actions de mobilisation et de sensibilisation alcool visant à communiquer sur les dangers de l’alcool semblent faire leur effet. En effet, de 2014 à 2018, une baisse de la consommation d’alcool chez les jeunes a été observée. En 2014, 13.4% des interrogés affirmaient avoir déjà été ivres, contre 9.3% en 2018. Pour faire de la prévention alcool chez les jeunes, de nombreux ateliers existent : simulateurs de conduite, parcours avec lunettes de simulation, exercice de la « dose bar », etc. Les ateliers de mise en situation permettent aux jeunes de réaliser les impacts de l’alcool sur leurs capacités motrices (exemple : perte d’équilibre, perte de contrôle des mouvements), et sur leurs réflexes (mouvements ralentis, vision floue…). Drivecase propose notamment un grand nombre d’accessoires et d’outils pédagogiques visant à sensibiliser les jeunes aux risques de l’alcool sur les routes : jeux de carte, ateliers de sensibilisation, quiz… N’hésitez pas à nous contacter pour un atelier de sensibilisation adapté aux jeunes de votre établissement scolaire ou centre de loisir.

Cette convention a évolué au fil des années avec une nouvelle convention signée en 2017 pour 5 années. En 2004, l’état prenait des dispositions concernant les accidents de la circulation impliquants des véhicules publics.

Découvrez nos outils de prévention à l'alcool

Drivecase propose de nombreux outils pédagogique de sensibilisation à l’alcool pour entreprise, collectivité, lycées et collèges.

Construire une action cohérente de prévention alcool chez les jeunes

Sensibiliser les jeunes conducteurs au taux d’alcool jeune permis est un chantier complexe. Leur mode de vie, les influences et leur acceptation des risques constituent un risque pendulaire, c’est à dire un risque propre à leur tranche d’âge. Toute formation engagée auprès de ce public doit être préparée avec soin.

 
Réfléchir en groupe

Etant fortement influencés par leurs pairs, l’apprentissage en groupe est un est un levier important chez les jeunes. La réalisation de brainstormings et de débats est vivement conseillée sur des sujets tels que l’alcool, la vitesse ou la mortalité routière ; le plus important est de favoriser la liberté d’expression, pour créer un climat de confiance et éviter toute notion de jugement.

 
Orienter une session de formation de manière ludique

Mettre en place une formation ludique n’enlève en rien le sérieux du sujet traité. La sécurité routière abordée sous forme de quiz ou de jeu permet une adhésion globale au sujet. Le jeu géant est l’outil pédagogique idéal permettant d’aborder l’ensemble des thématiques du risque routier, grâce à des défis sous forme de questions, de tests et de challenges via notamment le signe de romberg.

 
Proposer de la pratique

Les jeunes veulent de la pratique ! Faire l’expérience de la conduite en basse adhérence, réaliser un parcours à pied avec des lunettes alcool (alcool, fatigue, drogue), monter dans une voiture tonneau ou faire du freinage d’urgence sur un simulateur de conduite permet de marquer les esprits. La pratique permet de capter l’attention et favorise ainsi les échanges entre le groupe et le formateur. La pratique donne du sens à la formation et génère une meilleure mémorisation des concepts théoriques travaillés.  

 
Nos conseils :
– Une formation ou un atelier de prévention routière doit obligatoirement s’associer à une évaluation de départ et de fin de formation, pour permettre aux jeunes stagiaires de noter sa progression.
– Limitez les groupes à 12 personnes, pour favoriser la communication et veiller à l’équité de genre.
– Adoptez une communication non culpabilisante 
prévention alcool chez les jeunes 3

Pourquoi les jeunes boivent-ils de l'alcool ?

Le fait de consommer de l’alcool peut dépendre de nombreux facteurs. En moyenne en France, on estime que la consommation d’alcool diminue au démarrage d’une vie professionnelle active, ou lors de la construction de sa vie d’adulte, liée à divers évènements marquants : vie de couple, projets professionnels, naissance d’un ou plusieurs enfants … A l’adolescence, les attaches et les responsabilités sont moindres. De plus, le processus de construction de la personnalité peut amener les adolescents à consommer de l’alcool pour « combler » un vide : manque de confiance en soi, absence d’une personne, contexte familial difficile… Associé à de « l’automédication », l’état d’ivresse constitue souvent pour les jeunes consommateurs un exutoire permettant de s’échapper d’un quotidien difficile, dissiper la pression liée aux études ou oublier durant un instant ses inquiétudes personnelles et celles que l’on peut avoir concernant l’avenir.

 

Notons cependant que la grande majorité des jeunes français consomment de l’alcool lors d’évènements festifs, le week-end, entre amis. Rares sont les adolescents qui consomment de l’alcool seuls. Cependant, le cadre festif entraîne souvent les jeunes à se pousser les uns et les autres à consommer jusqu’à l’ivresse, influencés par la notion de groupe. Ainsi, celui qui ne boit pas peut se sentir rapidement à l’écart. Il est donc conseillé entre amis de s’orienter vers des soirées ou des activités ne mettant pas l’alcool au centre de celles-ci. Soirées autour de plats à partager (crêpes, raclette, etc.), ou pour les personnes seules, s’orienter vers une activité de groupe sportive ou non (exemple : le théâtre ou la musique), afin de trouver un moyen de se sociabiliser sans nécessairement consommer de l’alcool.

Découvrez nos outils de prévention à l'alcool

Drivecase propose de nombreux outils pédagogique de sensibilisation à l’alcool pour entreprise, collectivité, lycées et collèges.

L'alcool chez les jeunes : impact sur leur cerveau

Outre l’augmentation des cas de cancers, ou des troubles cardiovasculaires, l’alcool a également un impact très nocif sur le cerveau, allant jusqu’à entraîner un rétrécissement de celui-ci. En effet, l’alcool agissant comme un anesthésiant va ralentir la communication faite entre les cellules du cerveau. Cette perturbation du fonctionnement des cellules va amener certaines d’entre elle à disparaitre, entrainant une « perte du tissu cérébral ». Chez les gros consommateurs, le cerveau peut diminuer de 10 à 15% au bout de 15 ans. De plus, l’alcool a également un effet sur le cortex frontal agissant ainsi sur le comportement d’une personne en société et sur sa mémoire, entraînant une réduction des capacités intellectuelles. Agissant également sur le cervelet, l’alcool a un impact sur les réflexes, la coordination des mouvements et la motricité. Se développant en moyenne jusqu’à l’âge de 23 ans, une consommation excessive d’alcool avant cet âge peut entraîner des dommages irréversibles. Nombreuses sont les raisons qui vous pousseront à faire de la prévention alcool chez les jeunes !

prévention alcool chez les jeunes

Partager cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

D'autres conseils prévention en lien avec le sujet