Somnolence au volant : pourquoi s’endort-on ?

Somnolence au volant : pourquoi s’endort-on ?

La somnolence au volant représente un réel danger en France. Première cause d’accident sur les routes, la fatigue est devenu un fléau pour la sécurité routière. Qu’est-ce qui est à l’origine de la somnolence au volant ? Comment éviter de subir une forte fatigue au volant ? On vous dit tout dans cet article !

Naviguer au sein de l'article

Somnolence au volant

La somnolence au volant, c’est quoi ?

Tout d’abord, quelle est la différence entre la fatigue et la somnolence ? Et quels sont les signes auxquels il faut prêter attention ?

La sensation de fatigue est la difficulté à rester concentré. Les symptômes se traduisent par des sensations de picotements des yeux, raideur de la nuque, douleurs dans le dos et regard qui se fixe.

Somnolence et fatigue comment les définir ?

Il s’agit cette fois-ci de la difficulté à rester éveillé, s’en suit alors des crises de bâillements à répétition et des paupières qui sont de plus en plus lourdes. Le fait de somnoler entraîne des périodes de « micro-sommeils » (durant de 1 à 4 secondes) pouvant être extrêmement dangereuse pour la sécurité de tous et être la cause de nombreux accidents de la route.

La fatigue et la somnolence sont des états biologiques que nous ne pouvons en aucun cas surmonter ou compenser, même avec toute notre volonté, notre expérience ou notre motivation, il est impossible de lutter contre la somnolence.

Les signes de fatigue qui ne trompent pas

  • Bâillement fréquent
  • Picotement dans les yeux et difficulté à garder les yeux ouverts
  • Besoin incessant de changer de position
  • Temps de réaction et réflexes ralentis
  • Baisse de la vigilance : tendance à « rêvasser »
  • Pertes de mémoire, par exemple : aucun souvenir des derniers kilomètres parcourus
  • Écarts de vitesse et de trajectoire de plus en plus nombreux
  • Hallucinations : s’accentue en présence de brouillard et sur des routes monotones ou autoroutes désertes

Somnolence au volant les chiffres clés

La conséquence de s’endormir en conduisant est simple : le risque d’accident est multiplié par 8 !

La somnolence au volant est la première cause de mortalité et d’accident sur l’autoroute.

De 2009 à 2013, la fatigue a été en cause dans 21 % du taux de mortalité au volant et dans 23 % de l’ensemble des accidents de la route avec préjudices corporels.

Plus de 95 décès et 9 227 personnes blessés sont recensés sur la route chaque année comme étant dû à la fatigue.

Somnolence au volant tout savoir

De plus, les risques d’avoir un accident dans la demi-heure qui suit les premiers signes de somnolence sont multipliés par 3 ou 4, et plus la vitesse est élevée, plus les conséquences sont désastreuses en cas d’accident.

De nombreuses études révèlent aussi qu’en dormant seulement 5 à 6 heures, le risque d’accident mortel est le même qu’une personne qui a 0,8 g/l d’alcool dans le sang. Et pour 4 heures de sommeil : le risque d’accident est alors multiplié, avec un équivalent à 1,2 et 1,5 grammes par litre de sang. Et pour finir, ne pas avoir dormi pendant 17 heures équivaut à 0,5g d’alcool dans le sang.

Ainsi, on peut donc facilement comparer les risques d’avoir un accident lié à l’endormissement comme étant tout aussi grave que la consommation d’alcool lors de la conduite.  

L’association de la fatigue au volant avec d’autres actions comme le téléphone au volant est d’autant plus dangereuse, créant ainsi un cocktail explosif qui peut avoir de très lourdes répercussions…

Pack de sensibilisation fatigue au volant

Pack sensibilisation fatigue avec deux lunettes de simulation : vision nuit blanche et crépuscule. Idéal pour sensibiliser aux danger de la somnolence au volant.

Mais pourquoi s'endort-on au volant ?

Il y a des horaires pendant lesquels la vigilance du conducteur baisse naturellement, impliquant des états de somnolence plus élevés que la normale. Les créneaux entre 2h et 5h du matin et entre 13h et 15h de l’après-midi sont les plus à risques.

Cependant, certaines causes de la somnolence au volant sont directement liées aux mauvaises habitudes des automobilistes, mais aussi à un manque de sommeil : troubles du sommeil ou bien qualité du sommeil altérée. Le nombre d’automobilistes souffrant d’hypersomnie est d’ailleurs de plus en plus fréquent (Trouble caractérisé par un besoin excessif de sommeil, causé par un manque de sommeil important, une grande fatigue physique ou bien certaines maladies).

Cette dette de sommeil des conducteurs tend à augmenter :
« Le temps de sommeil des Français a tendance à se raccourcir. Plus d’un tiers dort moins de 6 heures par nuit alors que la plupart d’entre nous avons besoin de 7 à 8 heures de sommeil pour récupérer. L’augmentation du temps de transport quotidien, 1h20 en moyenne, contribue à accentuer cette dette chronique de sommeil qui nous rend plus somnolent dans la journée et en particulier dans les périodes monotones, comme au volant d’une voiture », explique le professeur Damien Léger, président du Conseil scientifique de l’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV).

Nos conseils pour éviter la somnolence au volant

La fatigue et la somnolence au volant augmentent considérablement le risque d’accident, c’est pourquoi il est conseillé de suivre des astuces simples :

  • Ne pas fixer d’horaires précis d’arrivée pour les longs trajets
  • Prévoir des activités pour les enfants (CD, jeux, livres, films…)
  • La veille du départ privilégier une bonne nuit de sommeil afin de prendre la route reposée. S’abstenir de prendre le volant après une journée de travail. Préférer partir le matin, plutôt qu’en fin de journée ou dans la nuit.
  • Réduire au maximum la consommation d’alcool, la prise de médicaments lourds, les repas copieux, le stress, ou tout ce qui peut entraîner une perte de la vigilance ou un état de fatigue plus important. Attention : Pour certains médicaments il est important d’être attentif au pictogramme mentionné sur l’emballage. (Voir image ci-après)
Pictogramme-médicaments-somnolence-volant

Comment prévenir les risques de fatigue et de somnolence ?

  • Aérer régulièrement le véhicule et éviter d’avoir une température trop élevée dans l’habitacle
  • Éviter les heures où le risque d’endormissement est le plus important (13h-16h et 2h-5h).
  • S’abstenir de réaliser des longs trajets en pleine canicule l’été (si c’est le cas : boire beaucoup d’eau fraîche, avant et pendant le trajet)
  • Si le véhicule est climatisé, privilégier une différence de températures modérée entre l’extérieur et intérieur (4 à 5 °C maximum).
  • Alterner les périodes de repos et de conduite en se relayant fréquemment entre conducteurs. Faire une sieste lorsque l’on devient passager. Alerter le conducteur lorsque des signes de fatigue sont présents
  • S’arrêter au moins un quart d’heure toutes les deux heures, même sans signes alarmants de fatigue. Profiter de cet arrêt pour pratiquer une activité relaxante : étirement, promenade.
  • Lors d’une nuit courte ou conduite nocturne, augmenter la fréquence des pauses et faire une courte sieste pendant les arrêts.
  • S’arrêter et dormir au moins vingt minutes dès l’apparition des premiers signes de somnolence ou de fatigue

La fatigue au volant : les solutions

Des actions de prévention sont possibles afin d’informer les usagers des dangers liés à l’endormissement au volant ainsi qu’à l’état de somnolence. La fatigue au volant est notamment l’un des risques abordé dans le cadre de la convention état assureur.

Ainsi, il est intéressant, voir primordial pour certaines entreprises (notamment les métiers qui exigent des trajets en voiture fréquents et répétés), de mener à bien des formations de prévention routière. Pour cela, certains outils efficaces permettent d’animer ce type d’atelier de manière ludique, pédagogique, et percutante comme un pack de sensibilisation fatigue ou des lunettes de simulation fatigue.

Le but de ces outils est de réaliser des actions de sensibilisation afin d’arriver à déceler par soi-même les premiers signes de fatigue, alerter du danger grandissant de la somnolence pour les automobilistes et ainsi augmenter la vigilance des conducteurs.

Lunettes simulation fatigue nuit blanche

Lunettes pédagogiques pour sensibiliser aux dangers de la fatigue au volant.

Partager cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

D'autres conseils prévention en lien avec le sujet