Les effets de la drogue sur les cheveux

Les effets de la drogue sur les cheveux

La dépendance et l’addiction aux drogues, comme les substances psychoactives et hallucinogènes, constitue un fléau dans notre société. Outre la dépendance physique qu’elle entraîne chez les usagers, le dépistage vise à lutter contre les dangers qu’ils constituent, notamment sur la route. Dans cet article nous vous expliquerons le principe de dépistage capillaire et les effets de la drogue sur les cheveux.

Naviguer au sein de l'article
Les effets de la drogue sur les cheveux

Comment détecter la présence de drogue dans l'organisme ?

Les tests de dépistage de drogues existent sous diverses formes : tests drogues salivaires et urinaires ou même capillaires. La durée de détection des stupéfiants, psychotropes et substances illicites peut aller de quelques heures à plusieurs mois ! Fumer un joint ou consommer de la Mdma peut paraitre anodin pour certains, mais les effets de ces substances addictives sur le corps sont plus longs qu’on ne le croit.

La plupart des drogues sont détectables dans les urines jusqu’à 4 jours après consommation (sauf pour le THC : cette durée peut aller jusqu’à 30 jours). Dans la salive, cette durée de détection est plus courte : de 6 à 10h, parfois plus, s’il s’agit d’une consommation beaucoup plus régulière. Les tests salivaires sont très rapides, le test salivaire THC par exemple permet d’avoir un résultat en 3 à 10 minutes.

Dans les cheveux, la fenêtre de détection sera allongée à 90 jours pour la plupart des stupéfiants.

Tests de drogues salivaires et urinaires

Drivecase vous propose des tests salivaires et urinaires pour le dépistage de stupéfiants, vous permettant de détecter de nombreuses drogues différentes.

Pourquoi la drogue reste-elle dans les cheveux ?

Après qu’une personne ait consommé de la drogue, son corps va commencer à la décomposer.

Les cheveux poussant d’environ 1cm par mois, et incorporant les substances présentes dans le sang et la sueur, ils constituent un véritable calendrier rétrospectif de la consommation de stupéfiants, et ils peuvent témoigner d’une consommation répétée de drogues.

Chaque centimètre reflète l’historique de consommation dans le temps : la racine témoigne de la consommation la plus récente, et les pointes de la plus ancienne.

C’est pourquoi les cheveux sont analysés cm par cm, car ils racontent l’histoire de la consommation (l’usager est-il régulier ou occasionnel ?) ou de l’exposition de chaque personne, et ils gardent une trace précise de cet historique pendant plusieurs mois.

Combien de temps la drogue reste-elle dans les cheveux ?

Les effets de la drogue sur les cheveux sont détectables à long terme.

Voici la fenêtre de détection sur les cheveux pour les drogues les plus fréquemment consommées :

  • THC, herbe, cannabis – jusqu’à 90 jours (7 à 30 jours dans les urines)
  • Cocaïne – jusqu’à 90 jours (3 à 4 jours dans les urines)
  • Héroïne, opium – jusqu’à 90 jours (3 à 4 jours dans les urines)
  • LSD – jusqu’à 3 jours (1 à 2 jours dans les urines)
  • Ecstasy ou produits à base d’amphétamines – jusqu’à 90 jours (3 à 4 jours dans les urines).

A noter que le prélèvement de cheveux doit se faire 5 à 10 jours après consommation du stupéfiant, afin que les cheveux contenant la drogue aient poussé au-dessus du cuir chevelu.

Test de drogue capillaire

Comment dépister de la drogue par les cheveux ?

Avant d’effectuer l’analyse capillaire, il faut prélever un échantillon de cheveux (0 à 100 cheveux, idéalement, à l’arrière du crâne, zone de pousse constante des cheveux). Les cheveux sont coupés au ciseau et au plus près du cuir chevelu.

Avant analyse, les cheveux prélevés sont lavés, afin d’être décontaminés : certaines drogues qui sont fumées (cannabis ou crack, par exemple) peuvent se déposer sur les cheveux d’une personne qui ne les aurait pas consommés.

Les scientifiques utilisent la méthode ELISA (Enzyme-Linked Immunosorbent Assay, qui signifie technique de dosage d’immuno-absorption par enzyme liée), et se servent de techniques de spectrométrie de masse pour détecter les molécules médicamenteuses dans la tige capillaire.

Le test Elisa est donc un test immunologique qui détecte et dose les molécules dans un échantillon biologique.

Si vous souhaitez effectuer un test de dépistage de drogue en entreprise privilégier un test salivaire.

Ce que dit la loi sur le dépistage de la drogue par les cheveux

Aux Etats-Unis, en Allemagne ou en France, les tribunaux reconnaissent les analyses toxicologiques effectuées à partir des cheveux.

En ce qui concerne la Sécurité Routière, le code de la route prévoit l’analyse capillaire comme méthode de détection de la consommation d’alcool ou de stupéfiants : le décret n 2003-293 du 31mars 2003 relatif à la sécurité routière.

 

Article 221-3 du Code de la route

« –Le préfet soumet à des analyses ou à des examens médicaux, cliniques et biologiques, notamment salivaires et capillaires :

1° Tout conducteur ou accompagnateur d’un élève conducteur auquel est imputable l’une des infractions prévues par les articles L. 234-1, L. 234-8, L. 235-1 et L. 235-3 ;… », c’est-à-dire la conduite sous l’emprise de l’alcool ou de stupéfiants.

L’analyse capillaire est un outil de prévention des addictions, que ce soit pour la justice, les forces de l’ordre ou le corps médical, et également un outil de suivi, dans le cadre d’un sevrage chez d’anciens toxicomanes, par exemple.

Est-il possible de fausser un test de dépistage toxicologique capillaire ?

Non, c’est impossible. Les résultats d’un test de dépistage de drogues dans les cheveux ne peuvent pas être modifiés, ni par l’utilisation d’un shampooing, ou même de produits chimiques externes.

Il faut cependant noter que les traitements de décoloration, permanentes, et lissages peuvent faire baisser les concentrations des molécules présentes dans les cheveux.

Pour plus d’informations sur les statistiques de consommation de drogues en France consultez notre blog.

Test salivaire THC (Cannabis) 15 ng/ml

Drivecase vous propose des tests salivaires THC pour le dépistage du cannabis.

Partager cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

D'autres conseils prévention en lien avec le sujet